Ami lecteur, ouvre ta gueule !

Parce que Les Urbains de Minuit sont un outil, nous vous donnons la parole.
Vos réactions seront lues et approuvées par notre sympatique comité de rédation dans les 48 heures.
Les propos racistes, xénophobes ou outranciers ne seront pas publiés.










CAPTCHA Image   Reload Image
Enter Code * :

ENREGISTRER
Numéro 61 - 07 septembre 2016
Inscrivez-vous à notre mailinglist :

Chronique illustrée

http://atomart.free.fr

0 commentaires

Le processus créatif

 

En dehors du langage, en deçà, avant le langage et la culture, il y a l’empathie. En dehors du langage, en deçà du langage, avant le langage et la culture, il y a l’image. Pas la musique, pas l’écriture, pas la danse, qui toutes sont langages : mais l’image, parce qu’elle est la première des créations,  elle est la première parce qu'elle est celle du rêve, elle est dernière car privé de tout et au bord de la mort le cerveau de l'homme crée encore des images.

Empathie (ressentir à l’intérieur la souffrance de l’autre) est un mot créé en anglais par Theodore Lipps. Ce terme découle de l’allemand einfühlung (ressenti de l’intérieur), créé en 1873 par Robert Visher, philosophe, pour désigner l’empathie esthétique (mot qui vient du grec aisthesis  (sensation)) : le mode de relation d’un sujet avec une œuvre d’art, permettant d’accéder à son sens ;  pour Lipps,  le processus par lequel un observateur se projette dans les objets qu’il perçoit. Cette notion s’est développée dans les sciences humaines en « théorie de l’esprit », et dans les neurosciences en « neurones miroirs »

Qu’est-ce que la théorie de l’esprit ? Les psychologues nomment ainsi la capacité d’attribuer à autrui des intentions, des croyances, des désirs, des représentations mentales différentes des siennes en se simulant dans la situation d’autrui, puis à lui attribuer les résultats ainsi obtenus. Cela complète la notion d’empathie, limitée à la lecture de l’émotion de l’autre.

On ne questionne pas assez le processus de création de l’image par l’artiste. Image dans le sens d'« art visuel ».

Nous mettre à la place de l’autre, deviner, devancer, s’approprier ses intentions, ses émotions, son comportement, à  partir de l’observation : toutes ces caractéristiques, à l’origine du concept d’empathie, sont constitutives du processus de création : un artiste ne crée pas sans se questionner sur les conditions de la réception de son travail par le regard de l’autre.

Pourtant, curieusement l’artiste a été balayé de ce champ de recherche. L’étude de l’empathie chez le chimpanzé, le petit enfant, l’autiste, oui…L’artiste, disparu ! L’art, disparu ! Déplacés sur d’autres terrains. Alors que l’art ne parle que de ça. Une œuvre est maîtrisée quand elle traverse l’autre, et que l’autre s’y reconnaît. L’empathie y circule dans plusieurs sens, de l’artiste à son sujet, de l’artiste au regardeur, en passant par l’œuvre, et du regardeur à l’oeuvre, qui l’ayant traversée revient à soi-même, légèrement autre. Ceci n’a rien d’une illusion. C’est une expérience d’art.

Réussir à exprimer l’inexprimable, commun à l’autre comme à soi, c’est le travail de l’artiste. L’empathie, la théorie de l’esprit, les neurones miroirs, tout ça fait partie du métier, pour le meilleur, mais aussi pour le pire. Si l'artiste fait des objets qui ne parlent que de lui, il échoue. S’il fabrique des objets qui sont des instruments de domination, comme il y en a quelques-uns à Nice (au hasard...), il est condamnable. L’art est aussi un outil d’assujettissement, et la citée ne fabrique pas exactement les mêmes individus quand elle les fait vivre avec ça

 

                         ou avec ça

 

 Sonia Grdovic, aux niçois qui mal y pensent.

 

 

6 commentaires
Le 2013-01-23 11:19:53 par Sonia Grdovic
Merci à vous. SG
Le 2013-01-18 13:05:00 par bravo
... juste bravo pour ce site... belle conception & beau travail... vraiment intéressant , du sens... pas juste un site web de plus... viva !
Le 2013-01-22 11:30:20 par madeleine
Ce texte me laisse sans voix... Il me parle d'humanité, de partage, à mille lieues des perversités dont quelques êtres, hélas, sont habités et dont ils se nourrissent, mettant l'art à leur service, ne se mettant pas au service de l'art. Merci.
Le 2013-02-03 20:09:58 par béatrice
Moi ce sont les photos qui me laissent sans voix. Pauvre Nice....
Le 2013-02-16 09:40:51 par Ben_Pacafun
...Et comme il faut toujours positiver...
Au delà de la considération purement artistique de l'objet (tête au carré) et plutôt déprimante, prenons-le comme un rappel de ne pas nous laisser formater (se faire mettre la tête au carré) par le système
;-)
Le 2013-03-06 18:58:16 par fields
so true!
Numéro : 61 - 60 - 59 - 58 - 57 - 56 - 55 - 54 - 53 - 52 - 51 - 50 - 49 - 48 - 47 - 46 - 45 - 44 - 42 - 40 - 39 - 38 - 37 - 36 - 35 - 34 - 33 - 32 - 31 - 30 - 29 - 28 - 27 - 26 - 25 - 24 - 23 - 22 - 21 - 20 - 19 - 18 - 17 - 16 - 15 - 14 - 13 - 12 - 11 - 9 - 8 - 7 - 6 - 5 - 4 - 3 - 2 - 1 -